Le CSAPA

Horaires

Ouverture du Csapa
Lundi-Mercredi-Vendredi : 9h/18h
Mardi-Jeudi : 9h/19h

Permanence CPAM :
Jeudi 9h/16h30 (sur RDV)

Permanence juridique
Lundi (toute la journée) et Vendredi matin (sur RDV)

Atelier informatique
Lundi matin (sans RDV)

Atelier Cuisine
Mardi matin (inscription obligatoire)

Auriculothérapie
Jeudi sur Rdv

Hypnose thérapeutique
Vendredi 14h (Sur Rdv)

Les Nouveautés : les trois derniers articles

Le dispositif d’analyse à Charonne

Présentation du dispositif d’analyse de drogues de l’association Charonne (Merci de patienter pour le temps de chargement) Depuis 2009, l’association Charonne coordonne le dispositif SINTES Paris (Système d’identification national des toxiques et substances) pour l’OFDT (Observatoire francais des drogues et toxicomanies). SINTES propose une analyse qualitative et quantitative des drogues. Le délai d’obtention des résultats est long (2 à 3 […]

Circulation de comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA

Fin juin, le dispositif TREND a été informé d’une saisie de 35 comprimés de trois sortes différentes dont des comprimés verts de type « trip advisor », non sécables. Ils étaient vendus dans un établissement de nuit parisien à 10 € l’unité. L’analyse de l’un d’eux par l’Institut National de Police Scientifique a montré qu’il était fortement dosé et contenait […]

Formation AERLI

Formation co-animé par Catherine Pequart, directrice de l’association Charonne autour de l’éducation à l’injection. Proposée en partenariat avec l’association AIDES et la Fédération Addiction, la formation aura lieu les 5/6/7 octobre 2016 Fil rouge : Catherine Péquart, administratrice de la Fédération Addiction, Médecin Addictologue, Association Charonne Animateur : Florian Bourgoin, chargé de mission formation AIDES et un acteur de terrain […]

L’offre de soin, globale, peut comprendre un accompagnement socio-éducatif et/ juridique, associé à des suivis médicaux et infirmiers, et psychologiques. La pluralité des acteurs permet ainsi d’adapter la proposition de soins pour chaque usager à sa demande, ses projets et aux besoins évalués par l’équipe.

Missions et spécificités

Parmi les autres CSAPA parisiens, celui de l’association Charonne a de longue date la caractéristique d’accueillir des personnes en grande précarité sociale, voire en errance. Ceci notamment du fait de la place historique de l’outil « hébergement » dans l’association.
Le pôle « Soin résidentiel » en 2015 :

  • 23 appartements thérapeutiques
  • 25 places en chambre d’hôtel dans Paris.

Les passerelles avec les autres services de Charonne, tels Bociek, le CHS, les Maraudes et les deux CAARUDs, contribuent également à la facilitation de l’accès au CSAPA du public en errance.

Usagers / Residents du service

Le CSAPA Charonne (Centre de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) assure l’accueil et l’accompagnement des personnes rencontrant des difficultés liées à l’usage de drogues licites ou illicites, et de leur famille et entourage. Les services proposés sont gratuits, financés par l’Assurance Maladie, et les personnes peuvent demander à être reçus anonymement. La confidentialité est en tous cas garantie.

Les produits consommés
Historiquement tourné vers les usagers de drogues illicites, le Centre de soins a reçu l’agrément de CSAPA généraliste depuis 2009. L’alcool est aujourd’hui le premier produit problématique chez les personnes accompagnées.

Chef de service
Abdou N’Diaye

Assistant de service social
Marion Fontaine – Jordane Fergani

Éducateur spécialisé
Eric delcourt -Alexis Guenego -Pascal Morgan -Paul Van Eersl

Infirmier Diplômé d’Etat
Colette seguin – Charlotte Lécot -Léa Crenn

Médecin
Arnaud Plat -Cristina Sarafian -Didier Alibert -Brigitte Metadieu – Pascale Bouthillon

Pharmarcien
Grégory Pfau

Psychologue
Christian Bulard – Catherine Perez -Eric Courilleau

Le CSAPA Charonne est conventionné avec :

Association « Accès au Droits, Solidarité Paris »
Dans le cadre de l’aide à l’accès aux droits des plus démunis et de la lutte contre l’exclusion, ce partenariat se traduit par la mise à disposition de consultants juridiques.

Association ARC 75
pour l’accès des jeunes au contact des équipes de prévention spécialisée à La Consultation jeunes du CSAPA

Réseau DAPSA : Dispositif d’Appui à la Périnatalité et aux Soins des Addictions.
Son objectif est de faciliter l’accès aux soins et la continuité de la prise en charge médicale, psychologique, éducative des femmes enceintes et des parents en difficulté avec leurs jeunes enfants et/ou présentant des troubles somatiques ou psychiques, y compris en lien avec une addiction actuelle ou passée.

Le CSAPA offre à ses usagers le lien avec l’association Cultures du Coeur
L’association Cultures du Cœur favorise l’accès aux productions, aux pratiques et aux équipements culturels, artistiques, sportifs, de loisirs de toute personne en situation de précarité. Accès qui participe au processus global et durable de formation du citoyen, de tissage du lien social et de l’épanouissement de chacun dans le cadre d’un processus global d’insertion.  C’est également un levier efficace qui participe au maintien du lien social et familial, à l’ouverture de l’autre et au développement de tout individu.
http://www.culturesducoeur.org/ (link is external)

Le CSAPA travaille avec des partenaires d’amont et d’aval multiples, sans que ces collaborations ne fassent l’objet de conventions formalisées :

  • structures spécialisées en addictologie en Ile de France et en région  (ambulatoire et de soin Résidentiel) :
    • CSAPA, CAARUD, SSSR, Mouvements d’entraide et Groupes d’auto-support
  • Services Hospitaliers
    • Consultations et services hospitaliers en Addictologie
    • Services de soins somatiques : Maladies infectieuses  / Gastro-entéro-hépatologie / Gynécologie-Obstétrique, Traumato-Orthopédie
    • Hospitalisations et consultations psychiatriques
  • Réseaux de santé : Pour Paris essentiellement le Réseau de Santé Paris Nord
  • Services d’Appartements de Coordination Thérapeutique
    • Hébergement individuel et temporaire des personnes adultes isolées cumulant des pathologies somatiques lourdes et invalidantes, de grandes difficultés sociales, une situation de fragilité psychologique
  • Structures d’accueil et/ou d’hébergement pour publics précarisés
    • Accueil et hébergement des personnes très précarisées
    • Accueil et hébergement des personnes relevant de suivis judiciaires ou de probation
    • Centres d’hébergement et de réinsertion sociale
    • Structures d’insertion
    • Structures pour jeunes en difficulté
    • Structures d’accueil et hébergement pour personnes en risque de prostitution
    • Services proposant des activités thérapeutiques et occupationnelles

Une mise en place en août 2014

En réflexion depuis quelques années, l’intervention du CSAPA s’est étoffée avec la mise en place de la délivrance in situ de traitements de substitution aux opiacés. La mise en oeuvre de cette nouvelle activité a nécessité une réorganisation des lieux pour répondre aux exigences de sécurisation des produits pharmaceutiques mais également des ressources humaines, notamment avec le recrutement d’une nouvelle infirmière et d’un pharmacien.
Coordonnée par les deux infirmières et le pharmacien la délivrance a trouvé son rythme et une très bonne articulation avec le reste de l’activité du service.

Cette activité offre une meilleure connaissance de la patientèle, plus précisément dans sa gestion du traitement. En dépit des difficultés notées dans les premiers mois essentiellement liées aux ajustements inhérents à la mise en place de tout nouveau programme, la
délivrance a généré un nombre de leviers certains pour accompagner les patients dans la gestion de leur traitement.

Une attention particulière pour les patients les plus en difficulté

Qu’elle soit d’ordre financier, administratif, ou liée au mode d’hébergement, la précarité a un impact majeur sur la gestion du traitement pour les patients. Avec 33% en hébergement précaire, 14% de SDF et 4% sans aucune couverture sociale, une bonne partie de notre file active est confrontée à de grandes difficultés dans les repères spatio-temporels. Cette situation, cumulée aux difficultés psychiatriques (38%) présage d’une grande complexité quant à l’observance des traitements.

L’accompagnement personnalisé et soutenu nécessaire à ces problématiques est décliné dans une série d’entretiens de soutien dans la gestion des traitements proposés par les infirmières. Dans certaines situations, le pharmacien, le chef de service et le médecin référent peuvent se joindre à ces dernières pour définir avec le patient une sorte de contrat.

Dis-moi comment tu gères et on optimisera ensemble

Réceptacle des demandes liées aux pertes de traitements, aux mésusages voire surconsommations, à la prise en charge du tiers payant, le programme de délivrance est un espace privilégié pour aborder la gestion des traitements avec les patients. Il exige une grande relation de confiance entre le patient et les professionnels (médecins, infirmières, chef de service, etc.) et constitue par conséquent un moyen, coopératif, d’impliquer le patient dans la recherche de solutions pour optimiser son suivi médical. Selon là où en est le patient plusieurs modalités peuvent être définies (délivrance quotidienne, bi hebdomadaire, hebdomadaire etc)

La gestion de la délivrance a donné lieu à deux protocoles (« dépannages» et skenan) pour harmoniser nos pratiques et donner une cohérence d’équipe à nos réponses à ces situations.

L’admission au sein du pôle résidentiel se fait par l’envoie d’une lettre de motivation.

Après examen de la candidature, un premier entretien d’évaluation peut être proposé par le pôle social et par un psychologue.

Une participation au coût de l’hébergement est demandée en fonction des ressources du résident.

L’hébergement est limité à 6 mois, renouvelable une fois.

Deux types d’hébergements sont proposés :  Chambres d’hôtels ou appartements

En cas d’acceptation, un référent social est désigné.

En plus de toutes les prestations qu’offre le CSAPA en ambulatoire, plusieurs visites à domicile sont effectuées par les professionnels du pôle résidentiel afin d’accompagner le résident dans sa démarche de soin et de réinsertion.