Actualités

Le programme petit matin et la répression policière

Forum « Tribunaux de guerre : l’impact de la répression sur la RdR »
Quoi qu’en dise la France, fière de son modèle « équilibré » entre la répression et la réduction des risques, les deux modèles sont foncièrement antagonistes ? Quelles sont les difficultés rencontrées par les associations ? Quelles conséquences pour les usagers ?

Les dispositifs trend/Sintes

Le dispositif TREND mis en place par l’OFDT s’inscrit en complément des grandes sources traditionnelles d’information quantitatives (enquêtes Baromètres santé de l’INPES, ESCAPAD…).

En termes de population, TREND s’intéresse essentiellement aux groupes particulièrement consommateurs de produits psychoactifs. En termes de produits, il est orienté en priorité en direction des substances illicites ou détournées, à faible prévalence d’usage, lesquelles échappent généralement aux dispositifs d’observation classiques en population générale.

Dans ce cadre, six thématiques principales ont été définies, qui structurent les stratégies de collecte et d’analyse des informations :

  • les groupes d’usagers de produits
  • les produits
  • les modalités d’usage de produits
  • les dommages sanitaires et sociaux associés à la consommation de drogues
  • les perceptions et les représentations des produits
  • les modalités d’acquisition de proximité.

Arte radio à l’antenne mobile

La nuit, le bus de l’association Charonne maraude à la rencontre des usagers de drogues du nord-est parisien. Max est éducateur spécialisé. Il nous explique l’importance de l’écoute quand on travaille en réduction des risques. Les usagers du crack viennent chercher ici le matériel (doseur) permettant d’éviter les contaminations, et en profitent pour échanger et se raconter un peu.

« Dans la tête » d’un éduc’ de rue en binaural – à écouter au casque.

Change le programme

L’association Charonne a participé à l’expérimentation « Change le programme » effectuée dans le cadre d’une recherche interventionnelle portée par le Respadd et l’Observatoire de santé d’Ile-de-France, de juin 2015 à février 2016.

Conçue par Neil Hunt, un intervenant britannique de réduction des risques à la fin des années 1990, l’intervention (internationalement connue sous le nom de « Break the Cycle ») consiste en un entretien structuré d’une quarantaine de minutes autour de la thématique de l’initiation à l’injection.

Revenir sur sa propre initiation

Le constat de départ de Neil, qui a lui-même l’expérience de l’injection, c’est que très peu d’injecteurs ont en fait envie d’initier les autres.