Interview de Maia, travailleuse sociale à « un chez soi d’abord »

Issu de l’article viva.presse.fr. Lien

Interview de Stéphane, locataire à « un chez soi d’abord »

En 2007, Stéphane se “met à la rue tout seul, volontairement”, à une époque où, gardien de musée à Paris, il ne va pas très bien. Il cesse de travailler, coupe les ponts avec sa famille. A court d’argent, il part vivre dans un jardin public, pour “faire le point”. Pendant quatre ans, il caresse du doigt le rêve de retrouver un chez soi, passe par un hôpital psychiatrique, retourne à la rue.

En 2011, la roue tourne.Pris en charge par le SMES (service d’appui santé mentale et exclusion sociale) de l’hôpital Sainte-Anne, il rencontre le Dr Alain Mercuel, responsable de l’accueil précarité, qui lui propose de participer à un programme expérimental : “Un chez soi d’abord”. Relogé depuis l’été 2012, il est l’un des 400 bénéficiaires du programme, le tout premier à avoir été relogé à Paris. Mis en oeuvre à Marseille, Toulouse et Lille en 2011, “Un chez soi d’abord” s’adresse aux personnes sans chez soi atteintes de troubles mentaux sévères. Il a été lancé à Paris au printemps 2012. Depuis, 19 personnes ont été relogées dans des HLM de la capitale.

Services concernés : Un chez soi d’abord,
Partarger sur :